MON ROYAUME POUR UN CHEVAL
ROMEO AND JULIET

Cie Crescite


MAR 11 AVR 20h

Guillestre Salle polyvalente Le Queyron

MER 12 AVR 20h

L’Argentière-La Bessée Foyer culturel

VEN 14 AVR 20h

TDB Piano-bar
 

TOP_mon_royaume.png
WEB_TRAVERSEES.png

THÉÂTRE

à partir de 12 ans
1h10

 

SHAKESPEARE POUR LES NULS


Une heure et des poussières pour transmettre Roméo et Juliette, la plus belle des histoires d’amour, avec trois acteurs, quelques répliques fameuses empruntées à Hamlet, au Roi Lear ou à Macbeth : tel est le défi que s’est lancée la Compagnie Crescite. Les jeunes générations seraient réfractaires aux textes classiques ? Pas question de leur tourner le dos, c’est à eux précisément qu’il faut s’adresser avec toute la beauté de la langue de William Shakespeare. Le tour de force est plus que réussi. La mise en scène s'inspire du théâtre forain pour nous plonger avec humour dans ce texte élisabéthain. Les comédiens font des allers-retours entre la pièce et des notes de contexte toujours éclairantes et jamais ennuyeuses, ne laissant personne de côté. Bien plus qu’une démarche pédagogique, Mon Royaume pour un cheval - Romeo and Juliet est une pièce qui ose créer un rapport très direct et généreux avec son public. Condenser et commenter une œuvre classique devient une entreprise artistique passionnante. Une plongée tête baissée dans le théâtre de W. Shakespeare dont on ne veut plus partir !

 

 

 

DISTRIBUTION

d’après l’œuvre de William Shakespeare mise en scène et adaptation Angelo Jossec avec Inès Chouquet, Charles Levasseur, Louisa Travers traduction Alexis Magenham création sonore William Langlois

MENTIONS

production Théâtre des Crescite. Le Théâtre des Crescite est conventionné par la Région Normandie et la Ville de Rouen et est soutenu par la DRAC Normandie et le Département de Seine-Maritime. Le spectacle a été créé avec le soutien du GEIQ-Théâtre en Haute-Normandie et du Département de l'Orne..

 

 

 

PRESSE
 

Inspirée, hilarante et survitaminée, la compagnie nous offre un condensé de Shakespeare : on pleure, on rit, on se réjouit des saillies insolentes du génie anglais que 400 ans n’ont pas émoussées d‘un poil !

La Dépêche du Midi